Guy Sauvageau (haut) et Claude Perreault (bas), chercheurs principaux à l’IRIC et cliniciens à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Génome Québec a annoncé hier l’octroi de deux subventions de plusieurs millions de dollars accordées aux Drs Claude Perreault et Guy Sauvageau, tous deux chercheurs principaux à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal (UdeM) et cliniciens à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), un centre de référence en hématologie-oncologie. Les deux projets développés par les chercheurs de l’IRIC avec le soutien de l’unité de développement de médicaments et de commercialisation de l’UdeM, IRICoR (IRIC-commercialisation de la recherche) ont été approuvés pour financement dans le cadre du concours des Projets de recherche appliquée à grande échelle en génomique et médecine personnalisée, une initiative de Génome Canada-Génome Québec et des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Les deux projets de l’IRIC portent sur la question clé des cancers hématologiques (CH, communément appelés «cancers du sang»), qui représentent environ 10% de tous les cancers. Le risque à vie de développer un CH est de 5% et le nombre de nouveaux cas de CH au Canada est de 16 000/année. Aucune mesure connue ne peut être prise pour prévenir ces cancers et tandis qu’environ 50% des patients atteints de CH peuvent être guéris par la chimiothérapie, 50% sont résistants à la chimiothérapie et sont susceptibles de mourir de CH. Pour ces patients, la greffe de cellules souches (précédemment appelé «greffe de moelle osseuse») est le seul traitement curatif. Elle repose sur la capacité des cellules immunitaires d’un donneur sain à détecter et détruire les cellules cancéreuses du patient. Malheureusement, la transplantation conventionnelle induit seulement une réaction atténuée contre les cellules cancéreuses et les rechutes sont fréquentes. En outre, dans la pratique médicale courante cet effet manque de spécificité et peut être très toxiques, causant une réaction immunitaire sévère qui est souvent mortelle.

Le projet du Dr Perreault vise à pallier à ces deux problèmes majeurs de la transplantation de cellules souches pour offrir un nouvel espoir aux patients atteints de CH qui sont résistants à la chimiothérapie. Dans un premier volet du projet, l’équipe du Dr Perreault utilisera le profil d’expression génique pour mieux prévoir quels donneurs sont susceptibles d’induire une réaction immunitaire sévère chez le receveur d’une greffe et pour développer un test qui pourrait être utilisé en clinique pour identifier les donneurs qui représentent le plus faible risque pour le patient. Le deuxième volet de l’étude, vise à améliorer considérablement l’efficacité curative de la transplantation à l’aide de cellules immunitaires déjà entrainées à reconnaître les cellules cancéreuses du patient. Le Dr Perreault a déjà montré que les cellules immunitaires du donneur peuvent détecter des petits fragments de protéines sur les cellules cancéreuses du patient et cibler spécifiquement ces cellules pour les détruire. Avec le Dr Pierre Thibault, son collègue à l’IRIC, ils ont identifié une série de ces «étiquettes» protéiques et cherchent maintenant à déterminer celles qui induiront la réponse la plus efficace des cellules immunitaires. Le Dr Perreault et son collègue, le Dr Denis-Claude Roy, chercheur associé à l’IRIC et Directeur scientifique du centre de recherche de HMR, utiliseront ces informations pour développer une nouvelle forme d’immunothérapie dans laquelle les cellules immunitaires du donneur seront récoltées et « programmées » en laboratoire pour reconnaître des marqueurs protéiques spécifiques sur les cellules leucémiques du patient avant d’être injectées chez le patient.

« Nous sommes très confiants que grâce à cet appui de Génome Canada et Génome Québec, nous pourrons réduire de façon significative le risque associé à la greffe de moelle osseuse et améliorer son efficacité, ce qui permettra d’offrir ce traitement à de nombreux patients qui ne peuvent actuellement bénéficier de cette thérapie salvatrice » affirme le Dr Perreault.

Le projet du Dr Sauvageau a pour objectif de développer de nouveaux outils pour une classification plus détaillée des patients souffrant de leucémie myéloïde aiguë (LMA) et ce, dans le but d’améliorer les pronostics et le choix des options de traitement disponibles. La LMA est diagnostiquée chez environ 13 000 nouveaux patients au Canada et aux États-Unis chaque année et le taux de survie global est de seulement ~ 20%. Les tests pronostiques actuels restent imprécis pour l’évaluation des risques et des choix thérapeutiques chez la plupart des patients LMA, avec des conséquences importantes pour eux, leurs familles et le système de soins de santé. S’appuyant sur ses succès passés en technologies de séquençage de l’ADN de dernière génération, les chercheurs impliqués dans ce projet, dont la Dre Josée Hébert, chercheure associé à l’IRIC et Directrice du laboratoire de cytogénétique et de la Banque de cellules leucémiques du Québec à HMR, utiliseront les données de séquences d’ADN personnalisées des patients atteints de LMA pour élaborer un meilleur modèle prédictif basé sur la constitution génétique de leur cancer. Ces données combinées à de nouveaux marqueurs spécifiques des cellules leucémiques et des cribles chimiques permettront de guider le choix de traitement. Le deuxième objectif de ce projet est de développer de meilleures méthodes de suivi du petit nombre de cellules résiduelles de la maladie qui demeurent souvent après traitement, et qui peuvent conduire à une rechute. Dans certains cas, ces nouvelles méthodes de suivi des cellules résiduelles pourront aussi être utiles comme traitement pour prévenir une rechute.

D’après le Dr Sauvageau, « Un projet à grande échelle et aux multiples facettes comme celui-ci, n’est possible que grâce à l’engagement déterminé de Génome Canada et Génome Québec à soutenir les approches de médecine personnalisée et au dévouement de notre équipe multidisciplinaire de scientifiques et de médecins à l’IRIC et à HMR. Nous sommes extrêmement privilégiés d’avoir pu réunir ces conditions gagnantes et nous nous engageons à livrer des résultats qui auront un impact réel sur la santé de nos patients ».

A la fin de la période de 4 ans de subvention, les deux projets aboutiront à de nouvelles approches thérapeutiques présentant des avantages significatifs pour les patients et résultant en économies de coûts de soins de santé de plusieurs millions de dollars par an. Ces projets démontrent aussi l’importance de mécanismes de financement originaux mis en place à l’IRIC, incluant la philanthropie par un programme comme B2Découverte, pour soutenir des projets haut risque-haut impact. « Les deux projets, dès leurs phases initiales, ont été identifiés par IRICoR pour leur excellence scientifique et leur potentiel à créer de nouveaux paradigmes », commente le PDG d’IRICoR, le Dr Michel Bouvier. « IRICoR a participé au financement de démarrage et à apporté une valeur ajoutée aux projets des Drs Perreault et Sauvageau, contribuant ainsi au succès annoncé aujourd’hui ».

Cliquez ci-dessous pour visionner la vidéo de Génome Québec mettant en lumière la performance des chercheurs du Québec au concours de Génomique et santé personnalisée de Génome Canada/Génome Québec :

À propos d’IRICoR

IRICoR est un organisme à but non lucratif qui a pour mission d’accélérer la découverte, le développement et la commercialisation de médicaments et de thérapies novatrices provenant de l’IRIC (Institut de recherche en immunologie et en cancérologie), d’autres unités de l’Université de Montréal et de collaborateurs. À titre de Centre d’excellence en commercialisation et en recherche, IRICoR, investit dans des projets ciblés pour leur excellence scientifique et leur potentiel commercial, et identifie les meilleurs partenaires de développement et de financement pour ces projets prometteurs. Pour en savoir plus, visitez le www.iricor.ca.