L’IRIC est fier d’annoncer le financement de 12,8 millions de dollars accordé au projet « Interrogation et mise en oeuvre d’Omics pour la médecine de précision dans la leucémie myéloïde aiguë » porté par Guy Sauvageau (Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal) et Josée Hébert (Hôpital Maisonneuve-Rosemont et Université de Montréal) à l’issue du Concours 2017 – Projets de recherche appliquée à grande échelle « La génomique et la santé de précision » de Génome Canada. 

La leucémie myéloïde aigüe (LMA) est considérée comme l’une des principales causes de décès liée au cancer. Le manque de traitements adaptés à la maladie ainsi que les trop peu nombreux outils diagnostiques disponibles permettant de choisir un traitement adéquat font en sorte que la survie globale à long terme pour les patients atteints de LMA ne dépasse pas 27%. 

Développer de nouveaux tests qui permettront de prédire comment le malade répondra à certains traitements spécifiques en utilisant des technologies de pointe, tel est le défi lancé par les deux chercheurs et leur équipe composée des chercheurs principaux Anne Marinier (IRIC), Sébastien Lemieux (IRIC), Philippe Roux (IRIC), Frédéric Barabé (CHUQ), Ma’n Zawati (McGill) et Gabriel Tremblay (Geneconomics inc.). Ce projet vise à faire passer de 30% à 10% ou moins, le nombre de patients atteints de LMA pour lesquels les médecins ont de la difficulté à identifier un traitement optimal. « Nous voulons réduire cette proportion à moins de 10% en exploitant de nouvelles technologies génomiques qui permettraient de déceler des anomalies génétiques jusqu’ici inconnues et, ultimement, développer de nouveaux tests diagnostiques et pronostiques plus précis, afin de mieux orienter le traitement de ces patients » explique le Dr. Sauvageau. 

Ce soutien financier entre dans une démarche globale d’investissement d’environ 162 millions de dollars sur quatre ans de Génome Canada en collaboration avec les Instituts de recherche en santé du Canada et des partenaires de cofinancement des projets, pour 15 nouveaux projets en génomique et en santé de précision. La démarche est porteuse d’espoir pour sauver davantage de vies, réduire la souffrance des patients et réduire les coûts pour le système de santé.