10 raisons de donner à l’IRIC

Il existe de multiples raisons d’appuyer l’IRIC dans nos efforts philanthropiques. Les voici en résumé :

#1 - Les dons vont directement à la recherche … pas ailleurs!

À l’IRIC, quelle que soit la priorité de financement à laquelle vous contribuez, les sommes amassées sont dediées en totalité à la mission de l’IRIC. C’est donc 100% des dons qui sont versés à la recherche sur le cancer. Ceci est possible car l’IRIC fait partie de l’Université de Montréal qui prend en charge tous les services administratifs reliés à la gestion des dons.

#2 - Un centre de recherche doté des meilleures infrastructures

L’IRIC occupe un édifice qui n’a pas encore 10 ans et qui a été conçu selon des principes ultramodernes pour répondre aux exigences de la recherche d’aujourd’hui. Ses 11 plateformes technologiques de pointe desservent non seulement les 29 équipes de recherche de l’IRIC mais aussi la communauté scientifique de Montréal, du Québec et du Canada. Ces équipements spécialisés permettent de répondre aux exigences élevées de la recherche de haut niveau et ainsi, d’envisager des découvertes majeures dans la recherche sur le cancer.

#3 - Des chercheurs qui donnent

Qu’ils dirigent un laboratoire, qu’ils y travaillent ou y complètent leur formation, les chercheurs de l’IRIC ne contribuent pas seulement à l’IRIC par leurs activités de recherches. Ils font aussi des dons à leur institut.

En 2009-2010, une campagne de financement interne a permis de recueillir
107 000 $ qui servent à l’octroi d’une bourse annuelle au doctorat. Aussi, à chaque année, des chercheurs, des professionnels et des étudiants portent fièrement les couleurs du Défi Persévérance de l’IRIC. Ils constituent environ le tiers de l’équipe de cyclistes et de coureurs qui relèvent le défi sportif tout en amassant des fonds au bénéfice de l’IRIC.

#4 - Former les scientifiques de demain

Les chercheurs principaux de l’IRIC s’investissent pleinement dans leur mission de former une relève scientifique de premier rang. Les chercheurs de la nouvelle génération ne doivent pas être uniquement des spécialistes dans leur domaine mais doivent également avoir intégré la multidisciplinarité et la collaboration à leur pratique afin de pouvoir relever le défi de la recherche sur le cancer. L’IRIC a compris que former les scientifiques de demain revêtait une importance capitale et c’est pourquoi il a été le premier au Canada à mettre sur pied un programme d’études graduées en biologie des systèmes. Les participants à ce programme ne sont pas seulement des étudiants, ce sont des étudiants-chercheurs qui contribuent au quotidien à la mission de l’IRIC.

#5 - Un modèle de recherche unique … qui inclut le risque

L’IRIC poursuit sa mission de façon créative et innovante en initiant des projets à haut risque mais dont l’impact potentiel sur la découverte de médicaments est élevé. Toutefois, il est difficile de faire financer ce type de projets par les organismes subventionnaires, du moins au stade initial. L’IRIC a donc mis sur pied le Comité des projets stratégiques (CPS) qui finance des projets originaux et porteurs de découvertes. À un stade plus avancé, et si les résultats sont probants, ces projets pourront trouver du financement auprès des organismes subventionnaires et mener à des avancées notoires.

IRICoR et des donateurs privés, par le biais du programme B2Découverte, procurent cet effet de levier en financant les projets du CPS.

#6 - Des chercheurs de partout dans le monde

L’IRIC est composé de 29 unités de recherche toutes dirigées par un(e) chercheur(euse) dynamique et passionné(e). Parmi les 29 chercheurs principaux, plusieurs proviennent d’Europe, des Etats-Unis ou d’ailleurs au Canada. Certains ont été rapatriés d’Écosse ou sont revenus à Montréal après leurs études à Harvard, Stanford ou Yale. Leur niveau de connaissances et d’expertise, couplé aux résultats obtenus au fil des années, permet de concrétiser des projets porteurs pour la découverte de nouvelles thérapies contre le cancer.

#7 - Des expertises complémentaires pour se mesurer au cancer

Reconnu du monde scientifique mais méconnu du grand public, l’IRIC est pourtant une arme redoutable contre le cancer. La complémentarité de l’expertise au sein de l’équipe en est l’une des raisons. Cette multidisciplinarité, qui comprend la biologie moléculaire, la biochimie, la génomique, la protéomique, la chimie médicinale, l’immunobiologie, la bioinformatique, la pharmacologie, la biologie synthétique, la pathologie, etc., a conduit à la biologie des systèmes.

Cette approche novatrice cherche à étudier en même temps l’ensemble des composantes d’un processus biologique plutôt que de les examiner isolément. L’IRIC a été l’un des premiers centres de recherche au Canada à fonctionner selon ce modèle.

#8 - Une culture de collaboration qui accélère les découvertes

La culture de collégialité qui règne à l’IRIC permet aux chercheurs de dépasser les frontières de la science en travaillant de concert sur des projets multidisciplinaires. Des experts en recherche fondamentale  collaborent avec leurs collègues qui, eux,  cherchent à mettre en application les résultats obtenus de la recherche fondamentale.  La synergie engendrée par cette collaboration accélère ainsi les découvertes et le développement de nouvelles thérapies anticancer.

L’approche collaboratrice de l’IRIC va aussi au-delà des murs de l’Institut. En effet, les chercheurs de l’IRIC bénéficient aussi de l’expertise de chercheurs du grand campus de l’Université de Montréal, notamment en  biochimie, en chimie, en bioinformatique, en ingénierie ou en nanotechnologie. Et de multiples collaborations naissent à chaque année avec des chercheurs ailleurs au Canada et dans le monde afin de concrétiser des projets novateurs.

L’IRIC entretient également des liens étroits avec le milieu hospitalier afin de valider ses recherches dans le cadre d’essais cliniques. Parmi les collaborateurs, figurent l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, le CHUM, l’Hôpital général juif de Montréal et l’Hôpital de l’Université McMaster (Hamilton).

#9 - Du labo au patient : rien de moins qu’une chaîne complète de découverte du médicament

L’Institut a mis en place la première chaîne canadienne de découverte de médicaments anticancer en milieu académique. Communément, les centres de recherche en milieu académique ont souvent concentré leurs efforts en recherche fondamentale. L’IRIC a été conçu différemment. Il intervient dans toutes les étapes de la découverte du médicament, de la recherche fondamentale jusqu’à la production de molécules et la commercialisation, en passant par les tests cliniques. IRICoR, filiale de l’IRIC créée en 2008, est responsable de l’établissement de partenariats stratégiques avec l’industrie biopharmaceutique afin de commercialiser et de rendre disponible à la population les découvertes de l’IRIC.

#10 - Une mission claire : vaincre le cancer

Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne situé au cœur de l’Université de Montréal, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et découvrir de nouvelles thérapies plus efficaces contre ce fléau. Avec ses 400 chercheurs passionnés distribués selon trois grands axes de recherche, Biologie du cancer, Leucémie et biologie des cellules souches et Diagnostics moléculaires et thérapies ciblées, l’IRIC est un véritable leader de la recherche sur le cancer.

Suivez l'IRIC

Logo UdeM