10 chercheurs de l’IRIC obtiennent une subvention des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont récemment attribué les subventions du programme Projet.

Pour le concours d’automne, 10 chercheurs de l’Institut se sont vus octroyer les précieuses subventions, un taux de succès de 71 % pour l’IRIC. À noter que pas moins de 275 demandes ont été déposées pour l’édition.

Le programme de subventions Projet a pour objectif de mettre de l’avant les idées de scientifiques de partout au Canada les plus à même de faire progresser les connaissances fondamentales ou appliquées dans le domaine de la santé.

Félicitations à Vincent Archambault, Trang Hoang, Benjamin Kwok, Jean-Claude Labbé, Sylvie Mader, Sylvain Meloche, Philippe Roux, Marc Therrien, Michael Tyers et Anne Marinier.

Conclusion d’une entente entre l’Université hébraïque de Jérusalem et l’Université de Montréal et nouveaux projets de collaboration avec l’IRIC

Tel Aviv, le 23 mai 2017 Aujourd’hui, dans le cadre de sa mission en Israël, le premier ministre du Québec a fait l’annonce d’une entente conclue entre l’Université hébraïque de Jérusalem et l’Université de Montréal. Celle-ci prévoit le développement de nouveaux projets de collaboration avec l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) dans les domaines de la biologie structurale, la pharmacologie moléculaire et la découverte de médicaments.

Cette annonce a été faite dans le cadre d’une mission historique pour le Québec, puisqu’il s’agit de la première visite d’un premier ministre en terre d’Israël et de Cisjordanie.

Trois représentants de l’Université de Montréal et de l’IRIC, soit Michel Bouvier (Vice-recteur associé à la recherche, découverte, création et innovation – Université de Montréal de Montréal et Directeur général – IRIC), Nadine Beauger (Directrice générale – Institut de recherche en immunologie et en cancérologie – commercialisation de la recherche – IRICoR) et Steven Klein (Vice-président – Développement des affaires – IRICoR) accompagnent le premier ministre Philippe Couillard, la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, de même que plus de 100 représentants d’entreprises et d’institutions québécoises.

Michel Bouvier s’est dit heureux de voir se réaliser une telle entente qui élargit l’accord déjà existant entre les deux universités notamment à travers leurs facultés de droit respectives. « Cette collaboration, gage du rayonnement des chercheurs de l’IRIC et de l’Université de Montréal à l’international, mènera très certainement à des avancées scientifiques et des applications à fort impact au cours des prochaines années ».

Nadine Beauger a quant à elle affirmé qu’elle se réjouit de participer à cette mission qui fait rayonner internationalement l’expertise de nos chercheurs et favorise l’établissement de partenariats en vue du développement de nouvelles solutions thérapeutiques.

Cette mission économique fait suite à l’annonce récente d’une série de stratégies que le Gouvernement du Québec a mise de l’avant dans les derniers mois pour favoriser l’essor de la science québécoise.

M. Bouvier, Mme Beauger et M. Klein seront en Israël pour toute la durée de la mission qui prend fin le jeudi 25 mai prochain.

Mme Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, M. Michel Bouvier, Vice-recteur associé à la recherche, découverte, création et innovation – Université de Montréal de Montréal et Directeur général – IRIC, M. Philippe Couillard, premier ministre du Québec

À propos de l’Université de Montréal

Montréalaise par ses racines, internationale par vocation, l’Université de Montréal (UdeM) compte parmi les cent meilleures universités au monde. Elle a été fondée en 1878, et forme aujourd’hui avec ses deux écoles affiliées, HEC Montréal et Polytechnique Montréal, le premier pôle d’enseignement supérieur et de recherche du Québec et l’un des plus importants en Amérique du Nord. L’Université de Montréal réunit plus de 2 700 professeurs et chercheurs et accueille plus de 68 000 étudiants. umontreal.ca

À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)

Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et accélérer la découverte de nouvelles thérapies plus efficaces contre cette maladie. L’IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d’envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, une incidence significative dans la lutte contre le cancer. Pour information : www.iric.ca

À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie – Commercialisation de la recherche (IRICoR)

Pôle de découverte de médicaments et de maturation de projets de l’Université de Montréal, IRICoR est un organisme à but non lucratif basé à l’IRIC dont le mandat est d’accélérer la découverte, le développement et la commercialisation de nouvelles thérapies en cancer, immunothérapie et domaines connexes. Depuis sa création en 2008, IRICoR allie avec succès expertises d’affaires et de recherche de pointe selon les standards de l’industrie sous un même toit au sein d’un institut internationalement reconnu. IRICoR investit et soutient des projets particulièrement novateurs assurant une transition efficace de la recherche fondamentale en thérapies novatrices plus rapidement accessibles aux patients, par le biais de partenariats de co-développement avec l’industrie ou de création d’entreprises dérivées. IRICoR donne ainsi accès à des projets académiques sélectionnés à une chaîne intégrée de découverte de médicaments pourvue d’un des plus grands groupes de chimie médicinale en milieu académique au Canada.  Pour plus d’informations sur IRICoR : www.iricor.ca

– 30 –

 

Renseignements

Catherine Cardinal

Chef, Communication et relations avec les médias

514 343-6111, poste 41299

catherine.cardinal@umontreal.ca

 

Cristina Annunzi

Conseillère, Communication et relations avec les médias

514 343-7283

cristina.annunzi@umontreal.ca

Récipiendaires 2017 du concours Bourses IRIC Scientifiques de demain

21 étudiants auront la chance, cet été, de compléter un stage de recherche à l’IRIC de 12 ou de 16 semaines, en plus de bénéficier d’une bourse d’excellence d’un montant de 4 250 $ ou de 5 670 $.

Cette opportunité est rendue possible grâce au concours Bourses IRIC Scientifiques de demain 2017 de même qu’au soutien financier de chercheurs principaux de l’IRIC et des Grands Défis de l’IRIC; un évènement sportif philanthropique au profit de l’Institut.

Félicitations aux boursières et boursiers!

crédit photo : Christian Charbonneau

De gauche à droite : Danielle Henry, Peter Truong, Catherine Vandal, Ryan Krochak, Sophie Souaid, Angeli Li, Hera Canaj, Trent Nelson, Alexander Anderson, Racheal Wadlow, Keara Sutherland, Philippe Jolivet, Elizabeth Huliganga, Sofija Bekarovska, Jonathan Charron, Judy Huang, Alana Rangaswamy, Sarah Song, Matthew Di Lalla et Alexandre Poirier. Absent : Godwin Chan.

Chaque année, ce programme est ouvert aux étudiants (Canadiens ou résidents permanents) de niveau baccalauréat. Plusieurs projets de recherche sont offerts : immunothérapie, division cellulaire, signalisation cellulaire, expression génique, cellules souches et leucémie, découverte du médicament, développement d’outils diagnostiques, modélisation cellulaire.

Trois étudiants de l’IRIC se distinguent lors de la journée scientifique des programmes de biologie moléculaire de l’UdeM

Le 12 mai dernier, 50 étudiants de l’IRIC se sont réunis avec d’autres étudiants et chercheurs dans le cadre de la Journée scientifique des programmes de biologie moléculaire de la Faculté de médecine de l’UdeM.

Ce fut l’occasion pour les étudiants de maîtrise et de doctorat de présenter leurs travaux sous forme de présentation orale ou avec l’aide d’affiches. Nos étudiants ont remporté 3 des 10 prix remis lors de cette journée pour la qualité de leurs présentations.

Nos félicitations aux lauréats de l’IRIC (de gauche à droite) : Sami Nourredine, Antoine Méant et Vincent-Philippe Lavallée.

D’ailleurs, quelques jours avant ces annonces, une autre étudiante de l’IRIC, Tatiana Traboulsi a gagné le prix Simon-Pierre Noël au cours d’une journée de recherche des programmes de biologie moléculaire portant le même nom. Il s’agit du premier prix parmi trois distinctions remises pour l’occasion.

IRICoR : un modèle novateur

À l’occasion de l’édition annuelle des conférences de la Canadian Society for Pharmaceutical Sciences (CSPS) et de la Canadian Chapter of the Controlled Release Society (CC-CRS), portant sur le thème De l’innovation aux solutions aux patients, Mme Nadine Beauger, directrice générale de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie-commercialisation de la recherche (IRICoR) a été invitée à présenter le modèle de son organisation, pôle de découverte de médicaments et de maturation de projets de l’Université de Montréal, basé à l’IRIC.

Mme Beauger prendra la parole dans un segment dédié à l’innovation et au développement de médicaments d’avant-garde.

Elle en profitera pour expliquer le processus de recherche pour la découverte de médicaments, vers le développement de thérapies en partenariat avec l’industrie pharmaceutique et comment en capturer la plus grande valeur.

Pour plus d’information, cliquez ici : http://www.cspscanada.org/symposium-events/annual-csps-conference/

L’Oncopole annonce la nomination de sa directrice générale, Mme Stéphanie Lord-Fontaine

Montréal, le 8 mai 2017- L’Oncopole, un pôle de recherche, de développement et d’investissement pour accélérer la lutte contre le cancer, a annoncé aujourd’hui la nomination et l’entrée en poste de Mme Stéphanie Lord-Fontaine à titre de directrice générale.

Lancé en février 2017 grâce à un partenariat de co-création entre le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) et Merck & Co, inc., l’Oncopole rassemble différents partenaires des sciences de la vie, au sein d’un projet structurant pour lutter contre le cancer, qui permettra de consolider les forces en présence au Québec, notamment les ressources, les infrastructures et les chercheurs d’ici, le tout au bénéfice des patients.

L’Oncopole bénéficie d’un engagement de 15 millions de dollars sur trois ans de Merck et espère voir naître l’émergence d’un soutien financier d’autres partenaires.

Instigateurs de ce projet porteur, le FRQS et Merck se réjouissent de la nomination de Mme Lord-Fontaine à titre de directrice générale. Dans la foulée de l’annonce de vendredi, les partenaires de l’Oncopole saluent la Stratégie québécoise des sciences de la vie et sont persuadés que Mme Lord-Fontaine saura saisir l’opportunité qu’elle présente. Elle travaillera à mettre de l’avant les quatre priorités d’action de l’Oncopole : recherche, entreprenariat et valorisation de l’innovation, intégration de l’innovation et pertinence clinique, formation et sensibilisation.

Mme Lord-Fontaine cumule plus de 15 ans d’expérience dans les milieux académiques, biopharmaceutiques et d’organismes de financement de la recherche. Avant d’accepter le poste de directrice générale de l’Oncopole, Mme Lord-Fontaine était directrice principale, Affaires scientifiques chez Génome Québec et directrice, Recherche préclinique chez BioAxone Therapeutic. Elle détient un doctorat en biochimie et a effectué un postdoctorat en neuroscience.

Mme Lord-Fontaine pourra compter sur le soutien opérationnel de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC), de l’Université de Montréal qui a été choisi à titre d’établissement d’accueil des bureaux de coordination de l’Oncopole.

À propos du Fond de recherche du Québec – Santé

Relevant de la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, le Fonds de recherche du Québec- Santé  (FRQS) a pour mission de soutenir la recherche en santé en vue de favoriser le mieux-être de la population québécoise. Il a pour mandat la promotion et l’aide financière de ces recherches, la diffusion des connaissances et la formation des chercheurs, l’établissement de partenariats nécessaires au développement du système québécois de la recherche et de l’innovation, et enfin, le rayonnement de la recherche sur le plan international. www.frqs.gouv.qc.ca

À propos de Merck

Depuis plus d’un siècle, Merck, une entreprise biopharmaceutique mondiale de premier plan connue sous le nom de MSD à l’extérieur des États-Unis et du Canada, invente pour la vie, produisant des médicaments et des vaccins pour un grand nombre des maladies les plus éprouvantes au monde. Grâce à nos médicaments d’ordonnance, vaccins, traitements biologiques et produits de santé animale, nous collaborons avec nos clients et œuvrons dans plus de 140 pays afin de procurer des solutions de santé novatrices. Nous démontrons également notre détermination à améliorer l’accès aux soins de santé grâce à des politiques, programmes et partenariats d’envergure. Aujourd’hui, Merck demeure à l’avant-garde des recherches visant à faire progresser la prévention et le traitement des maladies qui menacent les gens et les collectivités partout dans le monde, notamment le cancer, les maladies cardiométaboliques, les maladies animales émergentes, la maladie d’Alzheimer et les maladies infectieuses, y compris le VIH et l’Ebola.  Pour de plus amples renseignements à propos de nos activités au Canada, visitez le site www.merck.ca ou suivez-nous sur Twitter @MerckCanada_FR et YouTube.

 À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)

Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et accélérer la découverte de nouvelles thérapies plus efficaces contre cette maladie. L’IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d’envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, une incidence significative dans la lutte contre le cancer. Pour information : www.iric.ca

                                                                                                                                                               -30-

Source : Oncopole (oncopole.ca)

Pour tous renseignements, veuillez contacter :

Relations avec les médias

Cristina Annunzi  
1-514-343-7283
info@oncopole.ca

Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS)
Michelle Dubuc
1-514-873-2114, poste 1235
michelle.dubuc@frq.gouv.qc.ca
Merck Canada Inc.

Ani Armenian
1-438-862-2794
ani.armenian@merck.com
 

 

IRIC et IRICoR saluent l’engagement clair et audacieux du gouvernement du Québec

 

 

 

 

 

Montréal, le 5 mai 2017 – L’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) et IRICoR, unité de maturation de la recherche en découverte de médicaments basée à l’IRIC, félicitent le gouvernement du Québec pour sa vision ambitieuse suite au dévoilement de sa nouvelle Stratégie québécoise des sciences de la vie. Celle-ci a été présentée ce matin à l’Institut Néomed par la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade,  le ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Gaétan Barrette, et le ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et député de  Saint-Laurent, M. Jean-Marc Fournier.

« Il s’agit là d’un signal clair et audacieux que le Ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation a lancé pour positionner les sciences de la vie au cœur de l’économie québécoise », affirme Dr Nadine Beauger, directrice générale d’IRICoR. « IRICoR se réjouit de voir l’engagement du gouvernement à accroître l’innovation au Québec. Cette stratégie s’articule autour de quatre grands axes: l’augmentation des investissements en recherche et en innovation, la création d’entreprises, les investissements privés ainsi que l’intégration de l’innovation dans le réseau de la santé et des services sociaux. Ce sont les quatre piliers sur lesquels a été créée notre organisation en 2008 et qui continuent à animer notre mandat », souligne Dr Beauger.

Le Dr Michel Bouvier, directeur général de l’IRIC accueille positivement les orientations stratégiques du gouvernement qui démontrent que celui-ci a compris les enjeux rencontrés par les différents acteurs du milieu des sciences de la vie. Dr Bouvier conclut « Je suis également ravi de constater que les secteurs des sciences de la vie, de la recherche et l’innovation soient reconnus comme une industrie qui offre une valeur immense aux Québécois par l’emploi, la croissance et l’impact économique qu’elles génèrent. »

À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)

Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et accélérer la découverte de nouvelles thérapies plus efficaces contre cette maladie. L’IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d’envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, une incidence significative dans la lutte contre le cancer. Pour information : www.iric.ca

À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie – Commercialisation de la recherche (IRICoR)

Pôle de découverte de médicaments et de maturation de projets de l’Université de Montréal, IRICoR est un organisme à but non lucratif basé à l’IRIC dont le mandat est d’accélérer la découverte, le développement et la commercialisation de nouvelles thérapies en cancer, immunothérapie et domaines connexes. Depuis sa création en 2008, IRICoR allie avec succès expertises d’affaires et de recherche de pointe selon les standards de l’industrie sous un même toit au sein d’un institut internationalement reconnu. IRICoR investit et soutient des projets particulièrement novateurs assurant une transition efficace de la recherche fondamentale en thérapies novatrices plus rapidement accessibles aux patients, par le biais de partenariats de co-développement avec l’industrie ou de création d’entreprises dérivées. IRICoR donne ainsi accès à des projets académiques sélectionnés à une chaîne intégrée de découverte de médicaments pourvue d’un des plus grands groupes de chimie médicinale en milieu académique au Canada.  Pour plus d’informations sur IRICoR : www.iricor.ca

Pour tous renseignements, veuillez contacter : 

Steven J. Klein, Ph. D., MBA
Vice-président, Développement des affaires
Institut de recherche en immunologie et en cancérologie – Commercialisation de la recherche (IRICoR)
T – 514.343.6647 | F- 514.343.2165
steven.klein@iricor.ca

Cristina Annunzi
Conseillère, Communication et relations avec les médias
Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) 
1-514-343-7283
cristina.annunzi@umontreal.ca

 

La Canadian National Proteomics Network honore Pierre Thibault avec le 2017 Tony Pawson Proteomics Award

M. Pierre Thibault est un leader internationalement reconnu en spectrométrie de masse appliquée à la protéomique.

Ses contributions à la recherche vont de l‘identification des toxines environnementales majeures, à l’analyse approfondie de l’immunopeptidome des cellules cancéreuses, et à la caractérisation globale des modifications post-traductionnelles dynamiques.

M. Thibault a été directeur exécutif de l’analyse des protéines pour la société de biotechnologie Caprion Pharmaceuticals et dirige maintenant une des plates-formes de spectrométrie de masse les plus performantes au Canada à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie.

M. Thibault détient une Chaire de recherche du Canada, niveau 1, en protéomique et spectrométrie de masse bio-analytique et a récemment reçu le prix Maxxam pour la chimie analytique en 2012 pour ses nombreuses contributions.

 

 

 

À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)

Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et accélérer la découverte de nouvelles thérapies plus efficaces contre cette maladie. L’IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d’envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, une incidence significative dans la lutte contre le cancer. Pour information : www.iric.ca.

L’IRIC accueille deux prix Nobel

À l’invitation du Directeur général de l’IRIC, Michel Bouvier, l’IRIC est fier d’accueillir deux Prix Nobel.

L’Institut a reçu la visite de Brian Kobilka le 26 avril dernier et recevra le 1 juin prochain, celle de Robert Lefkowitz, toujours dans la perspective de créer l’émulation au sein de la communauté scientifique et universitaire.

Bien que leur passage se fasse en deux temps, ce sont leurs travaux communs de recherche qui leur ont valu cette récompense. En effet, les deux médecins américains ont reçu le prix Nobel de chimie en 2012 pour leurs travaux sur les récepteurs couplés aux protéines G. Leur découverte a été une véritable percée pour l’industrie pharmaceutique.

Brian Kobilka est affilié à la Stanford University School of Medicine, alors que Robert Lefkowitz est affilié à la Howard Hughes Medical Institute, Duke University Medical Center.

Dr Robert J. Lefkowitz, MD, est Professeur de médecine James B. Duke et professeur de chimie et de biochimie au Duke University Medical Center. Il est chercheur du Howard Hughes Medical Institute depuis 1976. Dr Lefkowitz a reçu de nombreux prix et distinctions, dont la National Medal of Science, le Shaw Prize, le Albany Prize, et l’édition 2012 du prix Nobel de chimie avec Brian Kobilka, MD., pour leurs travaux sur les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG).

À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)

Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et accélérer la découverte de nouvelles thérapies plus efficaces contre cette maladie. L’IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d’envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, une incidence significative dans la lutte contre le cancer. Pour information : www.iric.ca.

Identification d’un facteur-clé contrôlant la production de cellules sanguines

 
L’équipe de Julie Lessard, chercheure principale à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal et professeure au Département de pathologie et biologie cellulaire de la Faculté de Médecine, a publié une étude dans la prestigieuse revue scientifique Nature Genetics. Cette étude, réalisée en collaboration avec les Drs Louis Gaboury et Guy Sauvageau, chercheurs principaux à l’IRIC, décrit la découverte d’un mécanisme essentiel dans la production de globules blancs spécialisés dans la défense de l’organisme contre les infections.

Les premiers répondants de l’organisme

Le gène Smarcd2 est essentiel à la production des neutrophiles et des éosinophiles, des cellules spécialisées qui défendent l’organisme contre les pathogènes (ce qu’on appelle aussi le système immunitaire inné). On les retrouve abondamment dans le sang : elles constituent, pour un individu normal, de 50 à 60 % des cellules sanguines. Ces gardiennes sont habituellement les premiers répondants qui arrivent sur le site d’une infection.

 

La moelle osseuse d’un adulte en santé produit plus de 100 milliards de neutrophiles par jour, un chiffre qui peut être multiplié par 10 lors d’une infection aiguë.

Dans le laboratoire de Julie Lessard, on a constaté que la suppression du gène Smarcd2, chez la souris, entraîne un blocage de la production de ces cellules immunitaires au niveau de la moelle osseuse, menant à une mort prématurée de l’animal.

Une maladie immunitaire aux symptômes similaires

Cette observation rappelle un désordre congénital chez l’humain appelé « specific granule deficiency » (SGD), qui non seulement provoque des infections sévères dues à l’absence de neutrophiles, mais est souvent associé à un syndrome myelodysplasique pouvant évoluer vers une leucémie.

Alors que les cinq premiers patients dans le monde ont été répertoriés au début des années 1970, les bases moléculaires de cette maladie du système immunitaire ne sont pas encore entièrement comprises.

Une étude du groupe du Dr Christoph Klein, en Allemagne, publiée dans la même revue scientifique, a identifié des mutations dans le gène SMARCD2 chez des patients atteints de cette maladie, démontrant ainsi que les fonctions de ce gène sont conservées chez l’humain.

« Nos études ont permis d’identifier un régulateur essentiel de la réponse immunitaire innée et permettent une meilleure compréhension des anomalies moléculaires responsables d’une maladie du système immunitaire», précise Pierre Priam, étudiant au doctorat dans le laboratoire de Julie Lessard, et premier auteur de l’étude.

Priam P., Krasteva V., Rousseau P., D’Angelo G., Gaboury L., Sauvageau G. and Lessard JA. Smarcd2 Subunit of SWI/SNF Chromatin-remodeling Complexes Mediates Granulopoiesis through a CEBPe-Dependent Mechanism. Nature Genetics. Advance Online Publication April 3, 2017. DOI: 10.1038/ng.3812. voir l’article

 

À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)

Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et accélérer la découverte de nouvelles thérapies plus efficaces contre cette maladie. L’IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d’envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, une incidence significative dans la lutte contre le cancer. Pour information : www.iric.ca.

Suivez l'IRIC

Logo UdeM