Nouvelles

La nouvelle molécule UM171 pour traiter des cancers du sang sélectionnée au palmarès des découvertes de l’année de Québec Science

Publié le 5 janvier 2015

Événement marquant dans le domaine de la recherche scientifique à l’échelle nationale et internationale, la découverte de la nouvelle molécule UM-171 pour traiter plusieurs des maladies du sang, dont les leucémies, les myélomes et les lymphomes, par l’équipe montréalaise du Dr Guy Sauvageau, a été sélectionnée au palmarès des découvertes de l’année 2014 du magazine d’information et d’actualité scientifiques Québec Science.

Cette avancée a été réalisée à l’IRIC où le Dr Sauvageau dirige l’unité de recherche en génétique moléculaire des cellules souches. Comme c’est la tradition depuis maintenant 22 ans, un jury de chercheurs et de journalistes scientifiques était responsable de déterminer la composition de ce palmarès prestigieux regroupant les 10 plus remarquables avancées réalisées par des chercheurs ou institutions québécoises. Dr Sauvageau a également été élu la Personnalité de l’année 2014 La Presse dans la catégorie Science.

Une molécule dotée d’un formidable potentiel
La molécule UM171, ainsi nommée en l’honneur de l’Université de Montréal, constitue une percée sans précédent en ce qu’elle a la capacité de multiplier les cellules souches présentes dans le sang de cordon ombilical. Les cellules souches issues du cordon ombilical sont utilisées pour des transplantations dans le but de guérir plusieurs maladies du sang, dont les leucémies, les myélomes et les lymphomes. Cette thérapie représente pour de nombreux patients un traitement de dernier recours. Les essais chez l’humain sont présentement en phase de démarrage et les probabilités de réussite sont excellentes.

Le résultat d’un travail d’équipe et de collaborations rapprochées
La découverte de la molécule UM171 est le fruit d’un véritable travail d’équipe de la part des chercheurs des différentes unités de l’IRIC. Le département de chimie médicinale (Anne Marinier, Réjean Ruel, Yves Gareau, Stéphane Gingras) et la plateforme de criblage, dirigée par Jean Duchaine, ont joué un rôle important dans la réussite de ce projet, sans oublier Iman Farès et Jalila Chagraoui qui ont rédigé l’étude originale. L’ensemble de la recherche a également bénéficié grandement de collaborations avec des institutions telles que le Centre de thérapie cellulaire de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, la British Columbia Cancer Agency, l’Ontario Cancer Institute, le Fred Hutchinson Cancer Research Center et Héma-Québec ainsi que l’Unité de découverte et de commercialisation de médicaments de l’IRIC.