Nouvelles

Trois chercheurs de l’IRIC reçoivent un appui substantiel de la Fondation canadienne pour l’innovation

Publié le 4 September 2020

Par Fatéma Dodat

Le 18 août 2020, la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) a annoncé les projets de recherche sélectionnés qui bénéficieront de son soutien financier. Cet appui substantiel permet notamment aux chercheuses et chercheurs de s’outiller en équipements hautement spécialisés et locaux avant-gardistes, et de recruter et maintenir en poste des scientifiques réputés.

Le financement provient de diverses sources, soit 40 % de la FCI, 40 % du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec et 20 % de divers autres partenaires.

Trois projets de recherche menés par des chercheurs de l’IRIC ont obtenu un soutien : Kathy Borden a ainsi reçu 688 762 $ et David Knapp et Geneviève Deblois, nouveaux chercheurs principaux à l’Institut, se sont vus octroyer 528 749 $ et 415 565 $, respectivement.

Le projet piloté par Kathy Borden vise à vaincre la multi-résistance aux médicaments dans le cancer. L’équipe de la chercheuse a montré que dans certains cancers, la résistance aux médicaments est due à la production par les cellules cancéreuses d’enzymes particulières qui modifient les médicaments, les rendant inactifs. L’objectif du projet est de développer des petites molécules qui ciblent ces enzymes pour restaurer une sensibilité aux chimiothérapies chez les patients ayant développé une résistance aux traitements.

Les travaux de David Knapp portent quant à eux sur l’exploration de la mécanique moléculaire soutenant l’établissement et la perte d’identité cellulaire fonctionnelle. En effet, la machinerie cellulaire qui établit l’identité des différents types de cellules reste mal comprise. Néanmoins, il est désormais prouvé que les cellules peuvent changer d’un type à un autre et qu’elles perdent leur identité propre lorsqu’elles deviennent cancéreuses. De nouvelles technologies permettront à David Knapp et à son équipe de mesurer avec une précision sans précédent ce qui se passe lors de ces transitions et de manipuler ces changements. Cela permettra de mieux comprendre comment ces processus sont altérés dans le cancer et de révéler de nouvelles vulnérabilités qui pourraient être ciblées de façon thérapeutique.

Enfin, le projet de Geneviève Deblois a pour but d’étudier des interactions entre l’épigénétique et le métabolisme dans les cancers résistants aux thérapies. La résistance aux traitements est effectivement très courante dans les cancers du sein triple-négatifs, une forme de la maladie pour laquelle il existe peu d’options de traitement. Les cellules cancéreuses développent cette résistance, entre autres, en modifiant leur métabolisme ainsi que l’expression de leurs gènes. Le projet de Geneviève Deblois vise à mieux comprendre l’interaction entre ces deux types de changements pour ultimement permettre le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques plus efficaces.

Selon Roseann O’Reilly Runte, présidente-directrice générale de la FCI : « Le soutien de la Fondation canadienne pour l’innovation est un gage de succès pour les chercheuses et chercheurs à chacune des étapes de leur carrière. »