Nouvelles

Des cribles pangénomiques revèlent que le resvératrol induit un stress réplicatif sur les cellules humaines

Publié le 6 August 2020

Identifier les effets du resvératrol sur les cellules humaines

Le resvératrol (RSV) est un composé naturel présent dans de nombreuses plantes, y compris la peau des raisins (et du vin), les myrtilles, les framboises, les mûres et les arachides. Il a beaucoup attiré l’attention des chercheurs en raison de ses propriétés bénéfiques rapportées dans des modèles expérimentaux tels que les levures, les vers nématodes, les mouches des fruits et les souris, y compris l’allongement de la durée de vie dans certaines conditions. Un rôle causal du RSV dans la santé humaine n’a pas encore été établi.

Ces études et d’autres études antérieures sur le RSV et ses analogues chimiques tels que le ptérostilbène (PTS), ont illustré la capacité de ces composés à activer ou inhiber de nombreux processus cellulaires, y compris ceux médiés par l’histone désacétylase sirtuin 1 (SIRT1). La diversité de ces effets suggère que les cibles du RSV chez l’homme ne sont peut-être pas encore entièrement définies.

Interroger le génome humain pour identifier les mécanismes d’action du RSV

Yahya Benslimane, étudiante au doctorat dans l’équipe de Lea Harrington à l’IRIC, en collaboration avec l’équipe de Mike Tyers à l’IRIC et des collègues du Centre de recherche de l’hôpital Maisonneuve Rosemont, de l’Institut de recherche Lady Davis et du Centre de recherche sur le cancer Goodman à l’Université McGill, a récemment entrepris un examen non biaisé et systématique des cibles génétiques du RSV et du PTS dans les cellules humaines. Leurs résultats ont révélé que le RSV inhibe la prolifération cellulaire en ciblant la réplication de l’ADN. Leurs résultats viennent d’être publiés dans la revue Molecular Cell.

 

Le RSV induit un stress réplicatif dans les cellules humaines

L’équipe a utilisé la technologie d’édition de gène CRISPR-Cas9 pour identifier les gènes, sur l’ensemble du génome humain, qui améliorent ou inhibent les effets du RSV et du PTS sur la prolifération de deux lignées cellulaires humaines en culture. Ils ont découvert que les cellules traitées avec le RSV et le PTS partageaient un profil de gènes largement impliqués dans la réplication de l’ADN et le maintien de l’intégrité du génome. De plus, les profils génétiques du RSV et du PTS chevauchaient ceux de l’hydroxyurée (HU), un inducteur bien caractérisé du stress réplicatif qui cause une déplétion en dNTP, les éléments constitutifs de l’ADN. Les chercheurs ont ensuite confirmé que lors d’un traitement par RSV ou PTS, la concentration de dNTP intracellulaire diminuait suffisamment pour entraver la synthèse de l’ADN et retarder la progression du cycle cellulaire. Ils ont également montré que l’inhibition de la croissance induite par le RSV ou le PTS était exacerbée par d’autres traitements induisant un stress réplicatif, mais n’était pas affectée par l’absence de l’histone désacétylase SIRT1.

Cette étude est le premier cas dans lequel les effets cellulaires du RSV et du PTS sur la réplication de l’ADN ont été identifiés de manière non biaisée en utilisant des cribles pangénomiques. Il démontre qu’un impact majeur du RSV sur les cellules humaines est l’induction d’un stress réplicatif, et souligne la nécessité d’examiner davantage le (s) rôle (s) potentiel (s) de ces composés végétaux sur les cellules et tissus humains.

Étude citée :

Genome-Wide Screens Reveal that Resveratrol Induces Replicative Stress in Human Cells
Benslimane Y, Bertomeu T, Coulombe-Huntington J, McQuaid M, Sánchez-Osuna M, Papadopoli D, Avizonis D, De Sa Tavares Russo M, Huard C, Topisirovic I, Wurtele H, Tyers M, Harrington L
Molecular Cell. 2020 August