Unité de recherche

Transport vésiculaire et signalisation cellulaire

Gregory Emery s’intéresse aux mécanismes régulant la polarisation et la signalisation cellulaire au cours du développement et dans des cellules cancéreuses. Ses travaux récents portent principalement sur la migration cellulaire collective.

Thématique de recherche

La polarisation cellulaire est un processus indispensable au développement des êtres pluricellulaires. Elle constitue non seulement un prérequis à la spécialisation éventuelle des cellules, mais est aussi nécessaire à leur migration en indiquant dans quelle direction les cellules doivent se déplacer.

Au cours de la migration cellulaire, les cellules doivent réagir à leur environnement pour se polariser et envahir des tissus. Certains mécanismes sont utilisés par la plupart des cellules en mouvement, toutefois, de nombreuses variations sont observées.

En particulier, certaines cellules se déplacent en groupe, ce qui amène de nouveaux défis : les cellules doivent rester attachées entre elles pour se mouvoir efficacement et elles doivent se coordonner pour avancer dans la bonne direction. Comme la majorité des cellules métastatiques migrent en groupe, la compréhension de ce mode de migration pourrait mener au développement de nouvelles stratégies pour s’attaquer à la dissémination du cancer qui cibleraient spécifiquement la migration collective.

Objectifs de recherche

Le groupe de Gregory Emery cherche ainsi à comprendre comment le transport vésiculaire et le cytosquelette d’actine contrôlent la migration cellulaire collective.

Pour ce faire, il utilise la mouche drosophile (Drosophila melanogaster) comme système modèle. Ce modèle offre plusieurs avantages aux chercheurs, notamment celui de visualiser directement la migration cellulaire dans des tissus complexes.

L’équipe s’intéresse plus précisément à la migration des « cellules de bordure » de la chambre d’œuf. Tout comme les cellules métastatiques, les cellules de bordure migrent en groupe. L’équipe s’attend ainsi à ce que ses découvertes chez la drosophile puissent être transposées chez l’humain et mène des expériences dans ce sens.

Cette stratégie leur a permis de découvrir un mécanisme moléculaire contrôlant la coordination des cellules de bordure. Cette découverte explique comment la hiérarchisation entre les cellules qui mènent la migration et celles qui sont entrainées est établie.

En combinant des expériences de génétique, de biologie cellulaire, de biochimie, d’imagerie in vivo et de microscopie à haute résolution, le groupe de Gregory Emery compte identifier de nouveaux processus spécifiques aux migrations collectives.

Domaines de recherche

Équipe de recherche

Publications